Matthew Thomson | “New Jazz”

17 août 2017 – 30 septembre 2017  /  Vernissage : 19 août 2017, 16h-19h

Je collectionne les objets usés et éphémères de l’environnement urbain que je ramasse dans les ordures ou que je photographie. Je reformule ensuite ces fragments à travers un processus intuitif qui implique le recyclage, la création expérimentale et la performance. En utilisant l’impression, la sculpture, les techniques mixtes et l’installation, je travaille la juxtaposion de différents éléments afin de constituer de nouveaux types d’objets. Une attention particulière est alors accordée à l’aspect physique et au potentiel métaphorique de ces matériaux trouvés, si bien que leur transformation prend une ampleur fantaisiste d’un point de vue formel autant que fonctionnel. Les oeuvres résultant de ce processus peuvent être perçues comme des organismes artistiques assemblés et animés dans un cadre absurde et/ou surréaliste. Alors que celles-ci invitent à la réflexion en ce qui à trait aux activités sociales, à la gestion des déchets, et à la valeur que nous attribuons aux objets – tout en remettant en question les conceptions qui relient l’art et la beauté – les oeuvres sous-entendent que ces artefacts issus du monde urbain ont un pouvoir d’évocation.

I collect used objects and ephemera from the urban environment through waste picking and photography, and I intuitively rearticulate these fragments through recycling, experimental creation and performance. Using printmaking, sculpture, mixed media and installation, I work in layers and merge different elements to create my pieces. A particular attention is placed on the physical and metaphorical use of materials and objects, resulting in whimsical changes in appearance or functionality of the transformed objects. The resulting works assert themselves as assembled and animated artistic organisms of an absurd and/or surreal quality. While engendering reflection about social activities, waste management, the value we assign to objects-all the while challenging conceptions of art and beauty- the works also offer the idea that the junk from the metropole has the ability to talk back.

Matthew Thomson a obtenu une maîtrise en beaux-arts (spécialisation en médias d’impression) à l’Université Concordia en 2013, et est actuellement inscrit au programme de baccalauréat en éducation des arts à l’Université Concordia. Thomson a obtenu une première exposition individuelle en 2012 à la Flea Market Gallery à St. Catharines en Ontario. Son travail a été exposé dans de nombreuses expositions collectives à Montréal (notamment la Galerie FOFA, la Fonderie Darling et la Maison de la culture Frontenac) et au Centre d’exposition de Val-David. Thomson a présenté son travail dans le cadre d’Art Souterrain 2013 (Centre Eaton) et pendant Art Souterrain 2017 (à la Galerie Warren G Flower). Il est professeur d’art et offre des cours d’art aux étudiants de tous les âges.

Matthew Thomson obtained a Masters of Fine Arts (concentration Print Media) at Concordia University in 2013, and is currently enrolled in the Bachelors of Art Education program at Concordia University. Matthew had his first solo show in 2012 at the Flea Market Gallery in St. Catharines, ON. His work has been exhibited in numerous juried group exhibitions in Montréal (namely the FOFA Gallery, the Darling Foundry and the Maison de la culture Frontenac) and at the Centre d’exposition de Val-David. Thomson presented work during Art Souterrain 2013 (Eaton Centre) and during Art Souterrain 2017 (Warren G Flowers Art Gallery). He is an art educator that offers art classes to students of all ages.